Dimanche 16 janvier 2022

/ Départ 13h30 Place de Catalogne (Paris XIVe)

En 2022, la Marche pour la vie s’inscrit dans un contexte très politique. Après les différents confinements et les attaques contre le droit à la vie, elle n’a peut-être jamais été aussi attendue. Elle aura lieu le dimanche 16 janvier 2022 à Paris (départ proche de la gare Montparnasse).

Son thème est imposé par l’actualité, principalement l’extension du délai légal d’avortement à 14 semaines. Les marcheurs ne manqueront toutefois pas de rappeler qu’une vie n’en est pas moins humaine à sa conception, qu’à 14 semaines : il n’y a pas de hiérarchie des valeurs dans la biologie.

Contre quoi manifester ?

La proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement », portée par la députée Albane Gaillot (non inscrite, ex-LREM), a été réinscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale après le refus du Sénat de l’examiner. Elle comporte des dispositions accélérant gravement les atteintes à la vie humaine. Les mesures phares sont bien connues : l’extension du délai légal de l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse, l’extension de la compétence des sages-femmes en matière d’IVG, la suppression du délai de 48h suivant l’entretien psycho-social. L’acte d’avorter est de plus en plus banal et permissif.

Un temps opposé à l’allongement du délai d’avortement, le président de la république Emmanuel Macron, a changé d’avis et s’en est finalement remis à la « sagesse des députés ». Mardi 30 novembre au soir, le texte a été adopté en seconde lecture par 79 voix contre 36 et 8 abstentions. Ils étaient 123 présents, sur 577 élus, pour voter le texte final. Mais si les députés ont voté en faveur de toutes les mesures – y compris l’extension du délai légal de l’IVG – ils ont cependant refusé de supprimer la clause de conscience spécifique permettant aux médecins de refuser de pratiquer un avortement.

La Marche pour la vie était présente devant l’Assemblée nationale pour animer une conférence de presse unitaire avec les Associations Familiales Catholiques (AFC) et la Fondation Jérôme Lejeune pour dénoncer ce texte.

Le combat continue. Le seul espoir de ne pas aggraver l’atteinte à la vie des enfants in utero repose désormais entre les mains des sénateurs. La fin de la session parlementaire est fixée au 28 février 2022. Ils n’ont que trois mois pour inscrire le texte à l’ordre du jour du Sénat. Si le texte est inscrit pour discussion au Sénat, nul doute que le combat sera âpre.

Ce que contient la Proposition de loi Gaillot

  • L’allongement des délais légaux d’accès à l’IVG de douze à quatorze semaines,
  • L’allongement des délais légaux d’IVG à domicile de 5 à 7 semaines de grossesse,
  • La pratique de l’IVG chirurgicale par les sages-femmes jusqu’à 10 semaines de grossesse,
  • La suppression du dernier délai de réflexion de 48 heures entre les deux consultations d’IVG pour les mineures.

 

Proposition de loi Gaillot, où en est-on ?

Notre identité

La Marche pour la Vie défend la vie de la conception jusqu’à la mort naturelle. Elle est résolument opposée à l’avortement et à l’euthanasie. Elle s’oppose à toutes les lois qui participent à la culture de mort, et se fait l’avocat des sans droits et la voix des sans voix.

Nos propositions aux candidats en 2022

Nos demandes aux candidats pour la présidentielle :

  1. Faire réaliser une étude sur l’IVG par les pouvoirs publics, pour mieux comprendre les causes et les conséquences de l’avortement, comme le souhaitent 88% des Français (sondage IFOP octobre 2020).
  2. Mettre en place une politique familiale pour combattre la précarité et accompagner tous les parents pour que l’IVG ne soit jamais un choix réalisé pour des raisons économiques.
  3. Proposer l’abrogation de la loi Gaillot, prévoyant notamment l’extension de la durée légale d’avortement à 14 semaines, si celle-ci était votée.
  4. Permettre le remboursement à 100% des actes liés à une maternité, alors qu’une prise en charge à 100% est déjà prévue pour une IVG.
  5. Rendre obligatoire, dès la sixième semaine de grossesse, une échographie qui permette d’entendre battre le cœur du fœtus.
  6. Rétablir un délai de réflexion de trois jours minima, avant toute IVG.
  7. Encourager l’accouchement sous X pour permettre aux jeunes femmes en difficulté de mener leur grossesse à terme et de permettre ainsi l’adoption.
  8. Défendre le droit absolu à l’objection de conscience des personnels de santé et protéger la clause de conscience spécifique.
  9. Rejeter toute légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie
  10. Déployer un grand plan pour que les soins palliatifs soient accessibles à tout Français qui en aurait besoin.

Nos actions contre la loi Gaillot

La Marche a besoin de 1 000 bénévoles !

Nos campagnes

Faire un don pour aider la Marche

Pour venir de toute la France

Organiser un car : contactez car@enmarchepourlavie.fr

La Marche de l’année dernière

 

La Marche pour la Vie à connu un grand succès à Paris le 17 janvier 2021. Dans le respect des normes sanitaires, elle a rassemblé plus de 15 mille personnes.

  • Cinq mille personnes étaient présentent sur place, sur le Parvis des droits de l’homme au Trocadéro à Paris,
  • Dix mille personnes se sont connectés via le Zoom géant qui leur a permit de participer en direct à la Marche pour la Vie.

Grâce à cette mobilisation virtuelle sur tout le territoire, la Marche pour la Vie du 17 janvier dernier restera la plus grande mobilisation pro vie de l’année 2021.