En marche pour la Vie

Ma(l)chance

LE CHOC

1 minute d’attente – Je crois que le frigo est vide, j’irai faire des courses après mon bain
2 minutes – Ah tiens un texto de maman, je l’appellerai après
3 minutes – Photo insta de Chloé… C’était sympa la soirée d’hier, elle m’a fait tellement rire !!
4 minutes – J’ai l’impression qu’il n’y a plus d’eau chaude
5 minutes – Je suis enceinte

Quoi ????

J’ai le résultat sous les yeux, les deux barres viennent de s’afficher, mon test de grossesse est positif. J’aperçois un visage dans le miroir. Défait, crispé et endolori. J’ai du mal à croire que c’est moi. Mon être tout entier se tend, oppressé, froid, sidéré. Je suis enceinte.
Je me retrouve au bord d’un gouffre, face à un vide abyssal. La vie s’échappe entre mes doigts ne laissant qu’une traînée d’angoisse. Une angoisse lancinante, pénétrante, glaçante.
Ces 3 mots s’inscrivent au fer brûlant sur mon coeur, comme une vérité implacable annonçant le calvaire : je suis enceinte.

LE DÉNI

Il n’est peut-être pas fiable le test ? C’est peut-être une erreur ? Il faut que ce soit une erreur… J’ai toujours eu des cycles irréguliers, même sous pilule, je voulais juste me rassurer avec un test négatif ! Ils disent quoi sur la boîte ? “Fiable à plus de 99%” Oh non… Je vais me réveiller hein ? Réveillez-moi !!!

C’est impossible !!!

Je ne peux pas être enceinte, je viens de commencer ma carrière, je n’ai que 24 ans. C’est encore trop jeune pour avoir un bébé ! Je ne suis pas prête !! Et Sébastien, mon copain, ne voudra jamais de cet enfant…
Tout ça n’est qu’une mauvaise blague, ce n’est pas possible autrement. Tout va bien, je ne suis pas enceinte.
Je vais appeler ma pote Chloé, on va aller prendre un verre, ça va se transformer en traquenard, comme d’habitude. Lundi je vais retrouver mes collègues, mon boulot, m’investir dans mon travail, passer de bons moments avec Seb, vivre ma jeunesse à fond !!! Oui, tout cela n’est qu’une mauvaise blague…

LA COLÈRE – LE MARCHANDAGE

Non ce n’est pas une blague…
Mais pourquoi ça m’arrive à moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ??
Pourquoi j’ai pas pris ma pilule comme il faut ? C’était pas compliqué, j’aurais pu mettre une alarme chaque jour à la même heure, avoir ma pilule dans mon sac, toujours sur moi, je suis vraiment débile !!!

Il faut que j’appelle quelqu’un là…Je ne peux pas garder ça pour moi seule.

Maman ? Elle va me dire que je suis inconsciente, irresponsable, elle va me faire la morale, me faire culpabiliser, je n’ai pas besoin de ça… Tout sauf ça
Julie ? Elle travaille aujourd’hui.
Séb ? Il passe le week-end chez ses parents, c’est pas forcément le bon moment.. Et il va me dire d’avorter, ou il va me quitter.

Je suis seule. Je veux revenir en arrière, oublier tout ça. Donnez moi une seconde chance…

S’il vous plaît, s’il vous plaît, faîtes que ce soit faux. Promis je ne ferai plus jamais d’écart sur ma pilule, je la prendrai tous les jours à la même heure, à la minute près. Je ne ferai même plus l’amour s’il le faut. Je m’en passerai. Mais tout sauf ça, tout sauf être enceinte. Enlevez-moi ce truc de mon ventre, j’en veux pas !!

LA TRISTESSE

Je finis par appeler Sébastien pour lui dire, je ne peux pas faire autrement. Il reste silencieux 2 minutes qui me paraissent durer 2 heures et finit par me dire “Tu as pris rendez-vous pour avorter ?”

Je pleure, j’étouffe, c’est trop dur.

Je ne veux pas avorter… Je ne veux pas être enceinte et je ne veux pas avorter, aidez-moi !!
Les larmes coulent sur mes joues mais je dois paraître forte. Je sais que Seb me quittera si je lui dis que je préfère garder le bébé, cette petite vie fragile qui grandit en moi et que je commence à aimer… Mais je ne veux pas perdre Seb, je l’aime tellement… Alors j’essaye de fermer mon coeur, je ne dois pas être triste, l’avortement c’est banal au final, je m’en remettrai.

LA RÉSIGNATION

Tout s’enchaîne et je me sens comme spectatrice de ma propre vie. Ma meilleure amie Chloé m’emmène faire la prise de sang qui confirme le résultat du test. Rendez-vous chez le gynéco : “C’est une grossesse non désirée ?”. J’entends un petit coeur qui bat à l’échographie. J’articule un léger “oui” des larmes plein les yeux.

Imperturbable, le médecin reprend “Vous êtes enceinte de 11 semaines. Nous pouvons programmer l’IVG à demain 10h30, il n’y a pas de temps à perdre”.

Ce ton procédurier me frappe en plein coeur comme un coup de poignard. Je hurle en moi-même “C’est tout ?? On prend rendez-vous, on tue mon bébé et basta ?! Il y a un coeur qui bat là et tout le monde s’en fout ??”

L’ACCEPTATION et LA RECONSTRUCTION

Aujourd’hui Théo a 4 ans. Il est mon bien le plus précieux sur cette Terre. Je l’aime de tout mon coeur de mère. Évidemment ça n’a pas été facile, loin de là ; Sébastien m’a quittée quand il a compris que je garderai cet enfant quoiqu’il arrive, mais il a fini par le reconnaître et nous sommes aujourd’hui en bons termes. Mes parents m’ont épaulée même si ça a été très douloureux pour eux de me voir dans cette situation.

Je m’appelle Lucie, j’ai 27 ans et je suis une rescapée de l’avortement. Une lumière a brillé dans la nuit de cette épreuve

J’étais à deux doigts d’avorter, ma détresse était tellement intense… Je ne saurais expliquer exactement ce qui m’a poussée à stopper la démarche d’avortement mais je me sens incroyablement chanceuse d’avoir échappé à la souffrance intolérable qui accable les femmes subissant une IVG.

De cette épreuve a jailli ma plus grande victoire

Le bonheur qui m’emplit lorsque je pose mon regard sur Théo me donne envie de faire mémoire de cette grâce qui m’a amenée à choisir la vie ce samedi 22 juin 2013. Je veux proclamer haut et fort que la vie est une chance et que, malgré les épreuves engendrées par la venue d’un enfant non attendu, nous sommes assez fortes pour honorer ce pari.

MARCHER POUR LA VIE

Je serai à La Marche Pour la Vie le 21 janvier 2018 pour soutenir toutes les femmes qui n’ont pas eu ma chance et dont la souffrance n’est pas reconnue.

Celles qui n’ont pas eu le temps de réfléchir, prises dans l’engrenage des pressions extérieures et du stress de la surprise, et qui le regrettent terriblement. Je veux leur dire que, même si elles ne peuvent pas revenir en arrière et que le pardon à soi-même est un processus long, elles ne sont plus seules et elles y arriveront.
Je serai à La Marche Pour la Vie le 21 janvier 2018 pour dire à toutes les femmes confrontées à une grossesse inattendue que malgré les difficultés, donner la vie est un magnifique cadeau.

“Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu” – Victor Hugo

LA VIE TRIOMPHE TOUJOURS